Centre de Culture Ouvrière
RSS Twitter Delicious

Espace privé

Identifiant: 
Mot de passe: 




L'actualité du CCO

Emission Radio - Jeunes de Romain Rolland

L’émission radio produite par les jeunes du centre social Romain Rolland pendant les vacances de Février, avec les journalistes (Ravi et 20 minutes ) . L'émission est produite autour de la liberté d'expression.

Plus

Adhérer au mouvement de l'Education Populaire

sur le site Internet du C.C.O

L'éducation populaire est un courant d'idées qui milite pour une diffusion de la connaissance au plus grand nombre afin de permettre à chacun de s'épanouir et de trouver la place de citoyen qui lui revient.

Elle se définit généralement en complément des actions de l'enseignement formel. C'est une éducation qui reconnaît à chacun la volonté et la capacité de progresser et de se développer, à tous les âges de la vie. Elle ne se limite pas à la diffusion de la culture académique ni même à l'art au sens large, mais également aux sciences, aux techniques, aux sports et aux activités ludiques ...

Ces apprentissages sont perçus comme l'occasion de développer ses capacités à vivre en société : confronter ses idées, partager une vie de groupe, s'exprimer en public, écouter, etc.

En France, on considère comme fondateurs de l'éducation populaire : la Révolution française avec le rapport Condorcet, la création par Jean Macé de la Ligue de l'enseignement en 1866, en 1899 le Sillon de Marc Sangnier et le Front Populaire.

Courants de l'éducation populaire

Au cours du XX ème siècle on a vu émerger trois courants et trois traditions de l'éducation populaire: la tradition laïque éducative, la tradition chrétienne humaniste et celle du mouvement ouvrier.

Le courant laïc et éducatif est clairement issu de la tradition de Condorcet. L'instruction doit être accessible à tous, former les citoyens, et être prise en charge par la République. Pour Condorcet il n'y a pas de démocratie du pouvoir sans démocratie du savoir. Cette mouvance, orientée vers la problématique actuelle du lien social, pourrait s'incarner aujourd'hui dans des formes d'actions sociales telles que celles prônées par les centres sociaux.

Un autre courant est le mouvement chrétien. Les héritiers de cette tradition souhaitent garder la morale, s'inscrire dans une problématique d'aide, d'assistance, de surveillance, de moralisation. Le christianisme social lui fera ensuite une large place lui assurant dynamisme et influence autour des thèmes allant du scoutisme à la Jeune République.

Enfin le mouvement ouvrier né au XIX ème siècle. Au milieu du siècle, les syndicats sont interdits mais le mouvement ouvrier fait naître des amicales, des mutuelles et des coopératives. Les ouvriers se demandent s'il convient d'envoyer leurs enfants à l'école de la bourgeoisie ou de leur dispenser une culture et des valeurs propres à la classe ouvrière. Les enjeux de l'instruction sont importants : quels contenus ? Qui éduque ? Quelle formation ? Qui doit-on éduquer ? Qui contrôle l'école?

De ces trois courants qui se mêlent, se croisent, il n'est pas facile de tirer une définition précise de l'éducation populaire.

Quelle définition de l’éducation populaire ?

Donner une définition unique de l'éducation populaire est probablement une chose vaine. Nombres d'auteurs, de militants, d'acteurs de l'éducation populaire se sont attelés à cette tâche délicate.

Pour Benigno Cacérès (1) deux grandes conceptions définissent l'éducation populaire :

  • Une conception citoyenne visant à donner à chacun l'instruction et la formation nécessaires pour devenir un acteur capable de participer à la vie du pays
  • Une conception humaniste qui a conduit certains intellectuels à vouloir partager leur savoir avec d'autres

Pour José Baldizzone (2) il existe 3 grands axes d’éducation populaire. Ceux-ci lui permettent de proposer une définition qualifiée d'empirique de l'éducation populaire comme « action éducative des milieux populaires en vue d'amender le système social... » :

  • L'éducation populaire comme reconnaissance du fonctionnement défectueux du système social. Dans cette perspective, l'action culturelle tente de remédier à quelque chose qui fonctionne mal, sans que ne soit posée une volonté de changer le système
  • L'éducation populaire comme action d'éducation, inscrite dans le temps libre, et visant l'intégration de nouveaux aspects à son champ culturel et politique
  • L'éducation populaire en tant que traitant d'un public spécifique : les milieux populaires

L'enjeu de l'éducation populaire serait en ce début de siècle de repenser un projet politique indépendant afin de réaffirmer son rôle, sa place dans la société, non pas en tant qu'agent d'une politique publique mais en tant qu'acteur de la société.

Si les valeurs du mouvement d’éducation populaire vous interpellent vous pouvez nous rejoindre au sein du Centre de Culture Ouvrière et participer à ce mouvement qui œuvre pour une citoyenneté active et une démocratie qui permette à chacun de trouver sa place.

 

1. Benigno Cacérès, Histoire de l'éducation populaire, Paris, Seuil, Peuple et Culture, 1964

2.José Baldizzone, De l'éducation populaire à l'animation globale, Paris, Ligue française de l'enseignement et de l'éducation permanente, Les cahiers de l'éducation permanente